Et au milieu coule une rivière*

Après ces quelques jours de repos dans notre nid de Marsupilamis, nous quittons pour quelques jours la Thaïlande afin de rejoindre le Laos. Deux semaines seulement dans le nord du pays, nous avons en effet rendez-vous à l’aéroport de Bangkok le 17 février à 9h15… En attendant c’est par le pont de l’amitié que nous traverserons le fleuve qui sépare les deux pays voisins. La frontière se passe en douceur contrairement à ce que laissait présager nombre d’informations en ligne. Pas de tentatives de corruption sur nos personnes (ils ont vu tout de suite à qui ils avaient à faire), 30$ en liquide, un joli visa, un coup de tampon, un million et demi retiré à la banque (ce sont des kip rassurez-vous, ça fait 150 euros) et Sabaidee !

fullsizeoutput_1649

Nous passons la nuit à Huay Xay, ville frontière pas si désagréable que cela, et embarquons le lendemain dans un de ces fameux slow boat dont nous avons négocié le prix la veille. Un slow boat c’est une grande barque en bois, au fond et au toit plats, avec de grandes ouvertures non fermées (c’est important pour la suite) et avec, à l’intérieur, des sièges de cinéma défoncés et collés les uns aux autres. Certains sont cloués mais la plupart sont (très) mobiles. Les places sont censées être attribuées mais outre qu’il ne s’agit que de morceaux de papier griffonnés rapidement et posés sur les sièges sans ordre (le 23 est suivi par le 42 pourquoi… parce que…), plusieurs personnes peuvent avoir le même numéro. Bref chacun s’assoit comme il veut (ou comme il peut selon l’heure à laquelle on arrive sur le bateau).

fullsizeoutput_1643

Tout se passe plutôt dans la bonne humeur nonobstant un monsieur mal embouché qui tente de faire valoir son droit à avoir le siège 28 pour lui tout seul alors que nous avons ce même numéro et que nous sommes déjà installés… . On hausse le ton devant la tentative de cet être naturellement antipathique de déloger nos gosses en les prenant par le bras, d’abord en anglais puis en français puisque le névropathe est un compatriote (comme d’ailleurs la moitié du bateau). Bref l’ahuri s’en va vilipender le monde au fond du bateau et nous on entame la conversation avec nos voisins de siège…

Six heures de bateau à discuter, faire l’école, lire et rigoler, ça passe plutôt vite même si le froid nous engourdit quelque peu. Sur le bateau (comme on l’a dit plus haut) il n’y a pas de fenêtres, seulement de grandes ouvertures balayées par le vent humide, bref ça caille….

IMG_7082

Bienvenue au Laos 🙂

Le soir nous retrouvons Marine et Tifen (nos nouveaux copains voyageurs qui supportent vaillamment les 1001 blagues du petit loup) au restaurant dans le microsculique village de Pakbeng où nous passons la nuit avant de reprendre le bateau.  Le lendemain matin nous arrivons à la fraiche sur le bateau (aux environs de 8h30) armés de Kway et de nourriture suffisante pour la journée. Notre psychopathe de service est déjà vissé au siège numéro 28 ! Nevrose quand tu nous tiens….. La journée se déroule lentement, semblable à la précédente. Deux jours c’est long…. et les paysages sont relativement monotone. Le bateau s’arrête mais pas si souvent que ça et il laisse monter et descendre les locaux. Nous frôlons la catastrophe lorsque des nuées de touristes se ruent aux fenêtres pour prendre en photo des gamins penchés sur un bateau « à quai » vendant des bracelets. fullsizeoutput_164cUn de ces gosses en se penchant pour tenter d’attraper les sous est tombé à l’eau et à failli être écrasé entre notre bateau et celui à quai. Heureusement plus de frayeur que de mal, mais cela nous donne l’occasion de constater avec grand plaisir que Tifen et Marine partagent notre point de vue sur les touristes et les photos d’enfants. ce n’est cependant pas l’objet de cet article…

Nous passons après cet épisode, des heures très sympathiques à bavasser, mistinguette est plongée dans son roman et son frère nous offre un festival des meilleures blagues de Geronimo Stilton ! Arrivés à Luang Prabang, nous dépassons le « ticket-arnaque-touriste-office » qui offre des billets à 20 000 kip par personne pour aller jusqu’à la ville (3 km plus loin) et commençons tranquillement à marcher sur la grand route.  Après 1 minute 30 montre en main, un tuk tuk s’arrête et nous les pourparlers s’engagent… Au final ça sera 10 000 par adultes, les enfants voyagent gratis ! Alors certes on parle ici de quelques euros, et je suis la première à ne pas vouloir trop marchander en général toutefois il y a des limites à l’Aide au Développement surtout lorsque cela concerne nos amis les tuk tuk…. 🙂

fullsizeoutput_159d

*En fait le Mekong c’est un fleuve mais ça faisait moins poétique….

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :