Always look on the bright side… of the beach !

« Regarder du bon côté », c’est un peu le sujet récurrent de nos derniers articles mais depuis nos séjours sur les îles Cambodgiennes, nous mesurons toute la portée de cette maxime des Monty Python. Les plages paradisiaques d’Asie du sud-est font généralement l’objet de deux types de commentaires en mots et en images, selon le coté de la force qu’occupe son auteur(e).

Les béats (que l’ont retrouve en masse sur Instagram) sont extatiques devant l’eau turquoise, les plages de sable fin, qu’il soit jaune ou blanc et la flore et la faune sous-marine. Ce sont les amoureux, les optimistes, les enjoliveurs, ils en rajoutent certainement un peu en mode Mayfair* ou Juno*  ou en vantant les petits plats locaux simple et savoureux alors que les restaurants et hôtels des îles sont détenus à moitié par des occidentaux et à moitié par des chinois et qu’à moins de 6$ il est quasi impossible de se nourrir… Mais ils voient la vie du bon côté et quand on regarde du même coté qu’eux, on se prend à sourire car en réalité qui pourrait rechigner devant cela :

fullsizeoutput_2046

De l’autre coté de la force (ou de la plage), les grincheux, d’aucun diraient les réalistes, les sincères, voient le verre à moitié vide et c’est la saleté, le plastique (P….. de plastique) échoué sur les plages, l’absence de nature sauvage et non polluée qu’ils vilipenderont…. Lorsque les hôtels font un effort pour ramasser les déchets ce n’est jamais assez, si la plage est nickel mais qu’elle est jonchée de transat loués par le resort 4 étoiles (qui lui nettoie un grand bout de plage, et pour cause) alors c’est pire… Ceux là veulent les Maldives au prix du Camping des flots bleus…. Mais en même temps comment ne pas leur donner raison lorsque en débarquant du bateau vous devez mettre les pieds dans un mer jonchée de déchets, quand en vous promenant main dans la main sur la plage vous ne voyez QUE ça :

fullsizeoutput_1fdd

Alors…. ces îles? Cela commence évidemment par la mer… il paraît que tout le monde n’est pas réceptif à la mer. C’est quelque chose que j’ai du mal à concevoir, ayant le même amour pour la mer déchainée de Bretagne que pour les eaux turquoises des îles tropicales (même si j’avoue préférer me baigner dans les secondes), j’aime la mer. De façon simple et banale, la mer pour moi est synonyme de vacances, sentiment a priori partagé par toute la famille même si les enfants semblent avoir une tendresse particulière pour la piscine :-).

Nous étions donc tous très enthousiastes à l’idée de partir 10 jours sur les îles au sud du Cambodge : pouvoir se baigner, écrire, peindre, jouer, sans ordinateur, sans wifi (mais avec école, horrible parents que nous sommes)… Notre première destination, Koh Ta Kiev, s’annonce comme une belle Robinsonnade en mode babos comme disent les enfants. On va dans l’eau pour monter sur le bateau, ça nous fait marrer (heureusement nous n’avons emporté qu’un sac à dos pour 4). L’eau est magnifique, nos voisins d’embarcation déjà stones, bref c’est parti ! Nous aurons tout loisir durant les 45 minutes du trajet et durant notre séjour sur l’île d’expliquer à nos jeunes enfants ce que signifie « être stone » et tous les méfaits de la drogue et de l’alcool sur de jeunes et moins jeunes esprits, preuves vivantes à l’appui 🙂

fullsizeoutput_1fbb

Koh Ta Kiev est donc une des plus petites îles de l’archipel situé au sud du Cambodge, c’est aussi la moins aménagée dans tous les sens du terme (générateur pour l’électricité donc uniquement dans les espaces communs, pas de wifi, peu d’hôtels…). Pour aller jusqu’au bout de l’aventure nous avions choisi le point le plus éloigné de l’île, et pris un peu au hasard un des deux « hôtels » qui s’y trouvent.

fullsizeoutput_2057

The last point en bas à droite. Pour l’échelle, il y a 1min30 de marche entre le Kactus et The last point…. C’est une petite île avec beaucoup de jungle !

La première déception nous l’avons dit c’est à l’arrivée… l’eau en bordure de l’île et le bord de plage sont assez immondes… les enfants font de tristes mines…. On ne se laisse pas décourager pour autant; notre Bungalow est grand et sympa avec son petit balcon, les moustiquaires n’ont pas trop de trous et en se baissant on ne voit pas le tas d’ordure que les cuisiniers Khmers font bruler juste à coté du Bungalows ! Youhou ! Heureusement il y a des pizzas et une plage propre parait-il de l’autre coté…  Ouf ! Nous nous remettons de nos émotions, on en profite pour visiter les toilettes et les douches communes. Ici tout se fait au seau. On remplit des casseroles d’eau (en plastique ben oui sinon c’est pas drôle) et on s’asperge joyeusement (les casseroles servent aussi pour la chasse d’eau)….Et puis la vue est quand même superbe…

fullsizeoutput_2056

Direction l’AUTRE plage donc, le coté pas forcément fun de l’île mais propre en tous cas, ça c’est sur (et on y mange bien aussi). Les enfants retrouvent le sourire ! Nous tenterons même de passer une journée entière sur cet autre côté, mais soit qu’il y ait un vieux fond de babos en nous soit que le spot ne soit pas Feng Shui, on ne s’y sent pas aussi bien qu’au Last Point. Nous retournons donc dans notre antre, entre routards échoués ou dérivant, canettes de bières, pétards et fou rires (aucun lien !), tout ça dans une ambiance vraiment bon enfant. On fait des bracelets, de la peinture, des sudokus, on écoute de la musique, on lit, on discute et on va se baigner de l’autre coté 🙂

fullsizeoutput_2059

Après 5 jours, quelques piqûres de puces de sables, des brûlure de méduse et un super orage nocturne, mais beaucoup de plaisir (là non plus il n’y a pas de lien), il est temps pour nous de partir vers une autre de ces îles qui font les plus belles pages d’Instagram…

fullsizeoutput_205b

Lever de soleil sur Koh Ta Kiev

Koh Rong Sanlolem est la deuxième île la plus connue de l’archipel. Nous choisissons l’endroit le plus « roots » de l’île avec ce qui semble être une superbe plage pas loin. Notre guesthouse est dans le village cependant et nous devons donc passer par ce dernier pour la rejoindre…. Le spectacle est peu réjouissant…. comme un air de déjà vu…

fullsizeoutput_205c

Mphei bei signifie vingt-trois en khmer. Les anglosaxons l’ont transformé en M’pay bay, ça fait plus classe 🙂 Le village est un amas de mini guesthouses, restaurants et guérites, poubelles, maisons délabrés, chantiers de constructions, sacs en plastiques et chiens errants. Dit comme ça ce n’est pas très engageant. Pourtant notre guesthouse est très sympa avec ses gros fauteuils et ses jolies lanternes, nous avons même les toilettes et l’électricité (et donc un ventilateur) dans notre bungalow, le luxe ! Surtout le village a un certain charme quand on regarde bien.

fullsizeoutput_2048

On ne sait pas trop ce que cet homme transporte mais les chiens on l’air intéressé.

Alors encore une fois on regrette les poubelles, les sacs en plastiques, les cannettes de bières, on regrette aussi et surtout que les gens du village vivent dans des conditions aussi misérables pendant que tous les revenus de l’île sont accaparés par les occidentaux via les guesthouses, les restaurants et excursions diverses. Ce qui est encore plus désolant c’est le fait de voir que ces occidentaux semblent ravis de vivre au milieu des déchets, et ne font rien pour améliorer les choses. Il y a bien un Centre Médical pour lequel ils essaient de récolter des fonds des touristes sur place (comme si les prix n’étaient déjà pas assez chers sur l’île) mais le centre est fermé, et on nous a toujours répondu de façon extrêmement évasive lorsque nous tentions d’en savoir plus….

fullsizeoutput_205d

Regarder le coté obscur c’est aussi parfois ouvrir les yeux sur la réalité. Et sur les dégâts que peut provoquer le tourisme lorsque celui-ci ne profite pas à la population…. Mais encore une fois, assumons de regarder des deux côtés, assumons la volonté de fermer un peu les yeux pour les rouvrir sur le bleu de la mer et le blanc de la jetée, sur le calme et la beauté.

Version 2

Il sera toujours temps chacun à sa manière et selon ses moyens, en temps voulu et choisi, d’agir, pour l’environnement et la société des hommes.

fullsizeoutput_205f

* Mayfair et Juno sont des filtres d’Instagram qui pour l’un font voir la vie en rose et pour l’autre accentue les couleurs, genre il fait beau même quand il pleut

Un commentaire sur “Always look on the bright side… of the beach !

  1. J’ai regardé du bon côté et je trouve que c’est encore une belle expérience que vous venez de vivre.
    Grosses bises à tous les 4 et bonne continuation du bon côté bien sûr !
    Mireille

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :